de picturis meis

La photographie est le point de départ de mon processus de création. L’oeil analyse, sélectionne, trie. La photographie me permet d’appréhender le monde extérieur, de l’observer, de le sentir. Je peux entrer, grâce à elle en contact intime avec mon sujet et les émotions qu’il active en moi. Et je les laisse infuser. Je déambule dans les rues, dans la nature et je me laisse guider par mon intuition. L’inhabituel, l’insignifiant, l’inexprimable provoquent toujours une réaction. Dans le beau ou le repoussant. Sans aucun jugement, je nourris mon imagination.
J’absorbe simplement. C’est tout ! Ensuite, je me plonge dans mon véritable élément, la peinture. Tout disparait autour de moi. Intense et exigeante, cette activité m’envahit entièrement. Il n’existe plus que mes yeux, mes outils et mes mains.
En dehors du monde, dans le silence et hors du temps, je me laisse porter par l’exigence de mon travail. La peinture m’envahit, plus qu’elle ne compte.
Instantanés de vie, mes peintures s’inscrivent dans une histoire. Au-delà de la reproduction du sujet, le peintre engendre sa propre vérité. C’est exactement là, dans cette vérité que réside la grande force de la peinture. D’après un proverbe chinois, « Une bonne histoire fait des oreilles et des yeux ». Un bon peintre fait d’une peinture une bonne histoire.
Merci.

Commencer votre recherche sur le site internet :